Voler à la découverte des oiseaux guadeloupéens en voiture de location.

0
102 Flares 102 Flares ×

La Guadeloupe est un archipel des petites Antilles, une destination de voyage idéale pour découvrir les ses oiseaux endémiques ou migrateurs en voiture de location.

Un pelican dans le ciel bleu de la Guadeloupe

La diversité des paysages et des milieux naturels guadeloupéens ont permis la concentration d’une grande variété d’espèces animales au premier rang desquelles on trouve une multitude d’oiseaux.

On considère généralement qu’une cinquantaine d’espèces sont sédentarisées en Guadeloupe et dans les dépendances. Plus nombreuses encore sont celles qui visitent nos îles au cours de leurs migrations. Tous les écosystèmes sont concernés, des mangroves jusqu’au sommet du volcan. Suivons leur vol avec un petit inventaire de quelques-uns des oiseaux les plus remarquables de l’archipel.

oiseau-bord-de-mer-saint-francois

Même si l’on en trouve jusqu’au Québec, le Colibri est sans conteste l’un des oiseaux tropicaux les plus emblématiques. Trois sortes de Colibris égayent les jardins guadeloupéens : le Colibri Madère est le plus gros, on le reconnait aisément à sa gorge irisée de rouge. Le plumage du Falle vert est un camaïeu mordoré d’émeraudes et de saphirs. Le plus petit de ces Colibris se distingue quant à lui par la petite huppe qui orne la tête du mâle. Ses manières intrépides et son aspect ébouriffé lui ont valu le nom créole de Fou-fou.

On trouve dans la forêt différents types de Moqueurs : Moqueur des savanes, Moqueur corossol ainsi que l’étonnant Moqueur trembleur qui doit son nom aux tremblements qui agitent ses ailes en permanence. Plusieurs espèces de Colombes, souvent nommées Perdrix en créole peuvent aussi se rencontrer. Mais la vedette de cet écosystème est incontestablement le Pic de la Guadeloupe : endémique de l’île vous ne croiserez jamais sa livrée noire ailleurs que dans nos forêts.

pic-bois-foret-tropicale

Les milieux plus ouverts de savanes ou de campagnes sont le domaine d’oiseaux divers : le Gli-gli est un petit faucon qui se régale de lézards et autres petites proies. Les petits Sporophiles sont si légers qu’ils peuvent se percher sur les tiges d’herbe les plus fines. L’Ani à bec lisse est reconnaissable à son cri bien particulier. Quant au Pipirite, un Tyrannidé, son chant particulier est réputé être le premier à résonner le matin.

Les oiseaux dans les mangroves

Les mangroves ont la particularité d’être bien abritées et riches en nourriture. Rien d’étonnant donc à ce qu’elles fournissent un abri à de nombreux migrateurs : Pluviers, Échassiers, Canards. Certaines espèces y vivent à demeure ; des Hérons, des Aigrettes, des Bihoreaux nommés Crabiers en créole, ainsi que des oiseaux plus petits comme la Paruline jaune qui semble tout juste sortie d’un pot de peinture.

fregate-pelican-mangrove

Enfin le bord de mer permet l’observation de superbes voiliers : les Frégates escaladent les courants ascendants, leur silhouette caractéristique leur a valu l’appellation de Malfini. Autre habitant du littoral : le Pélican brun. Si pataud lorsqu’il est posé, si majestueux à voir voler. Très fréquents et pas très farouches, garez votre voiture de location aux abords d’un petit port de pêche pour faire quelques clichés.

D’autres oiseaux pélagiques comme les Mouettes, les Sternes ou les Fous fréquentent aussi les côtes, et si vous avez beaucoup de chance, peut-être pourrez-vous surprendre un Balbuzard, le magnifique et discret Aigle pécheur.

Natif de la Guadeloupe, le poète St John Perse évoquait sans doute des souvenirs de jeunesse lorsqu’il écrivit : “Les oiseaux gardent parmi nous quelque chose du chant de la Création”. Dans nos îles, ces graciles éclats de Paradis sont à protéger autant qu’à découvrir.

Leave A Reply