Guadeloupe, la route de la TRAVERSÉE en location de voiture

2
5 Flares 5 Flares ×

Circuler en Guadeloupe et serpentez dans une jungle luxuriante

Très longtemps, l’intérieur de la Basse-Terre est resté sauvage. Aucune route ne pouvait traverser les crêtes boisées et les hauts sommets à la végétation compacte et difficilement pénétrable. Seuls, contrebandiers et pêcheurs d’écrevisses connaissent quelques sentiers pénétrant le massif montagneux. Depuis, une route, la fameuse « Route de la Traversée »  coupe la Basse-Terre au niveau de Petit-Bourg pour arriver entre Pointe-Noire et Bouillante.
Cette route très pratique pour rejoindre votre hébergement de vacances, en côte sous le vent, un « raccourci » lorsque vous arrivez de l’aéroport Pôle Caraïbes, est aussi le départ de nombreuses randonnées en forêt tropicale avec des sentiers aménagés dans le Parc naturel de la Guadeloupe ont fait de l’intérieur de Basse-Terre un site touristique exceptionnel.

L’objectif était d’abord de préserver l’environnement naturel. Au cœur de la masse dense de la forêt tropicale humide, mille essences de bois précieux, d’arbres séculaires, de fleurs exotiques se répandent dans un silence inquiétant de jungle. Cette forêt guadeloupéenne est pourtant pacifique : on n’y a jamais trouvé la trace d’un serpent.

Fleur tropicale dans le Parc National de Guadeloupe

Fleur tropicale dans le Parc National de Guadeloupe

La route de la Traversée parcourt la Basse-Terre de Mahault, sur la côte ouest, à Vernou, à l’est. Très rapidement, elle grimpe à l’assaut de mornes jusqu’aux Mamelles, cheminées volcaniques aux pentes vives d’où son autre nom de « route des deux mamelles ». Un parc zoologique et botanique, créé par le parc naturel, rassemble une grande partie de la faune et de la flore existant sur l’île. Aires aménagées et sentiers balisés, débouchant parfois sur une cascade, jalonnent la Traversée, au cœur d’une nature tropicale vierge… si l’on oublie les pancartes qui apprennent à distinguer les arbres. Mais quel plaisir de découvrir les mahoganis, ou acajous d’Amérique, bien connus des ébénistes anglais, les différentes sortes de fougères et des milliers d’espèces dans leur milieu naturel. A travers les trouées de verdure, la vue s’étend parfois sur les deux versants de l’île de la Guadeloupe. Près de la rivière Corossol, la cascade aux écrevisses attire les baigneurs voyageurs sur ce site unique.

Voitures de location garée sur la bord de la route de la traversée

Voitures de location garée sur la bord de la route de la traversée

Six traces balisées permettent également de traverser le massif en voiture. La plus célèbre est la trace Victor-Hugues, qui relie Matouba à Montebello depuis Saint-Claude. Dix heures sont nécessaires pour couper à travers le fouillis végétal, rendu impénétrable par le « manglier- montagne », aux branches entrelacées. Au nord, un chemin de randonnée va de BailleArgent à Sofaïa à travers une splendide forêt aux riches essences. Jadis, les habitants empruntaient des sentiers ouverts à la machette, que la végétation se hâtait d’effacer après leur passage. La nature, aujourd’hui, semble moins sauvage, et les voitures de locations de touristes, stationnées sur les bas-côtés de la Traversée, n’enlèvent pas cette note d’aventure à ce qui était autrefois une véritable expédition.

Leave A Reply